Mercredi après-midi, j’ai rejoint mon mari à la pêche et là je suis arrivée au bon moment.

J’ai eu une belle frayeur et j’ai filmé avec mon téléphone portable.

Mon mari était à la pêche pensant prendre une daurade. Quelle a été sa surprise, alors que sa ligne pliait et que le poisson se débattait de façon beaucoup plus rude qu’habituellement. Il s’est dit se doit être un gros morceau !

Mais surprise !

C’est «un requin» je me suis exclamée ;

C’est «un chien de mer» dit mon mari ;

En fin de compte c’était « une émissole tachetée » dont on trouve quelques spécimens près de nos côtes Bretonnes.

La taille varie entre 0,80 et 1,20 m. Sa couleur gris ardoise présente des taches blanches sur la zone dorsale et au long de la ligne latérale. Sur sa peau, sont disposées des denticules cutanés tricuspides (à trois pointes), à quatre carènes (petits reliefs longitudinaux) bien écartées.

Un petit évent s’ouvre en arrière de chaque œil, par ailleurs doté d’une membrane nictitante. On note également la présence de deux narines rapprochées. La bouche est large et dépasse presque le niveau arrière des yeux.

Sa dentition forme une structure pavimentaire assez simple : 40-40/40-40, soit un nombre identique de dents par demi-mâchoire pièce supérieure et par demi-mandibule pièce inférieure.

On note, comme chez beaucoup de requin, la présence de cinq fentes branchiales, deux nageoires dorsales, et une caudale fortement asymétrique et pourvue d’un grand lobe terminal.

Ce petit requin, à l’instar des roussettes est totalement inoffensif pour l’Homme, c’est pourquoi nous l’avons remis en liberté.

Retour à l'accueil