algues vertesPour les écolos, Sarkozy "abuse l'opinion".

Sarkozy est venu à Crozon en Finistère, jeudi 7 juillet, faire un discours pré-électoral pour les agriculteurs. Seulement voilà, en Finistère il n'y a que 20 % des agriculteurs qui adhèrent à un lobby assez puissant qui consiste à faire de l'argent en faisant du volume, et c'est cette minorité qui empoisonne et pollue notre environnement. Le reste des agriculteurs soit 80 %, font des efforts quotidiens et souffrent de cette image.
Jamais les écologistes n’ont confondu les rôles et jamais ils n'accepteront de se faire traiter d'intégristes. De plus Monsieur Sarkozy pour faire du buzz a simplement rapporté les mots d'une cervelle soit disant grise : "Claude Allègre" qui dans son livre "Ma vérité sur la Planète", qualifie les écolos d'intégristes.
M. Allègre ferait bien de rester dans son domaine, la science, et ne pas critiquer ses confrères avec autant de mépris. M. Sarkozy devrait également en faire autant, car à force de tenir des discours intolérants envers ceux qui ne partagent pas ses idées, de protéger une minorité d'affairistes et de pollueurs, les agriculteurs ne prendront plus au sérieux ses paroles.

L'ancienne ministre de l'Ecologie, Corine Lepage, a fustigé vendredi matin sur Europe 1 les critiques de Nicolas Sarkozy : "Je ne comprends pas que le président se permette d'intervenir sur la procédure en cours", a-t-elle dit, en faisant allusion au décès d'un cheval en 2009, qui avait succombé aux effluves toxiques des algues vertes en Bretagne.
"Nous sommes dans un déni de réalité. Le jour où l'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) lance un cri d'alerte sur la dangerosité de ces algues, le président vient stigmatiser ceux qui en sont les victimes et se plaignent de cette situation", a critiqué Corinne Lepage. "Les algues vertes sont dues au phénomène des nitrates et à l'extension des porcheries en Bretagne. Ça fait 15 ans que l'Etat sait et ne veut pas agir : il ne suffit pas de retirer les algues vertes", a-t-elle ajouté.
L'association Eau et Rivières de Bretagne a souligné pour sa part, dans un communiqué, qu'en laissant croire que la méthanisation du lisier, qui ne supprime pas l'azote, permettrait d'éradiquer les marées vertes, le président de la République abuse l'opinion et rend un bien mauvais service à la protection du littoral.
Dopée par les rejets de nitrates dans l'eau dus à l'agriculture et à l'élevage intensifs, la prolifération des algues vertes s'est accentuée cette saison.

Benoit Hartmann, porte parole de France Nature Environnement (FNE), explique pourquoi il y a toujours plus d’algues vertes :

 


Après le passage des tracteurs de ramassage d'algues, bonnes vacances quand même, sur les plages Bretonnes...!!!. Bizzzzzzzzz à tous de ti'te youyou29

 

Retour à l'accueil