LogicielDefense

 

Depuis janvier, quelques services de l’État découvrent Chorus, le futur système d’information financière commun à tous les ministères. Objectif : faciliter la lisibilité du coût des politiques publiques et rationnaliser la tenue des comptes de l’État.

Les fonctionnaires dénoncent leur manque de formation face à Chorus, censé simplifier la comptabilité, tandis que les fournisseurs perdent patience.

 

Pour l'instant, quatre ministères ont adopté Chorus : l'Education nationale, la Défense, la Justice et l'Intérieur. Bilan ? « On va péter un câble », assure un comptable de l'académie de Toulouse, qui préfère rester anonyme :

    « Par exemple, vous voulez acheter des ciseaux. Il faut trois devis, un bon de commande manuel, et un bon de commande informatique sur Chorus.

    Pour passer la commande, il faut attendre qu'il soit validé au rectorat à Toulouse et qu'il revienne. Ça peut prendre trois semaines. »

 

Les dysfonctionnements du nouveau système informatique Chorus, utilisé par l'Administration pour le règlement des factures de ses fournisseurs, aura coûté 45 millions d'intérêts moratoires aux finances publiques en 2010, apprend-on auprès de la commission de la défense de l'Assemblée nationale. En 2009, ce coût s'élevait à 18 millions d'euros. 45 millions d'euros, cela représente quand même plus de 40 jours de guerre en Libye, selon les chiffres fournis par le ministre de la Défense.

 

Le projet Chorus de l’Etat de nouveau épinglé par la Cour des compte, un budget à 1,5 milliard d'euros, au moins, et non plus 1,1 milliard. Le total des coûts supplémentaires qui ne peut être affiné en l’absence de comptabilité analytique structurée majore l’enveloppe de 1,01 Md€ d’au moins 220 M€ anticipe la Cour des Comptes. Toutefois, en intégrant les coûts indirects, le coût total grimpe à près d’1,5 milliard d’euros.

 

Mais le ministre du budget, François Baroin, réfute un certain nombre des critiques formulées par la juridiction financière, et notamment celles faisant état de défauts dans la gouvernance du projet.

 

Et les conséquences ne sont pas mineures puisque la Cour des comptes estime que l’intégration de Chorus a généré des retards de paiement de l’Etat à l’égard de ses fournisseurs évalués à 6 milliards d’euros en juillet 2010. Les entreprises affectées pâtiraient ainsi de difficultés de trésorerie.

 

Pas grave, nous on ne nous accorde aucun délai pour défaut de paiement de nos impôts ou taxes..!!!  Les majorations tombent sans délai, comme les répercutions d’augmentations du prix de l'essence de notre très cher TOTAL...!  Un vrai désastre ce gouvernement de droite ! Plus nul ça n'existe pas.

 

Bizzzzzzzzz à tous de ti'te youyou29.

Retour à l'accueil