Dette publique France 1La dette publique, « au sens de Maastricht » estimée par l'Insee, a été évaluée pour la fin du premier trimestre 2011 à 1 646,1 milliards d'euros, soit environ 84,5 % du PIB.
Est-elle réellement liée à la crise ? L’appartenance de la France à l’Union économique et monétaire européenne, depuis 1999, lie son destin économique à celui des autres nations européennes, et nécessite, pour éviter les phénomènes de passager clandestin et garantir la solidité de l’ensemble, le respect de critères définis par le traité de Maastricht, dont notamment un déficit public sous les 3 % du PIB et une dette publique inférieure à 60 % du PIB.
Le déficit budgétaire concerne le budget de l’État, et le déficit public, l'ensemble des Administrations publiques françaises. Le lien entre déficit public et dette publique est déterminant. La dette publique, mesurée en euros, augmente lorsque le budget des administrations est en déficit. Comme le paiement des intérêts sur la dette déjà existante pèse sur le budget des administrations.
Alors que d'autres pays de l’Union européenne ont mené des réformes importantes, les gouvernements français, depuis 1997, n’ont pas réduit les dépenses publiques. Ils ont procédé à d'importantes privatisations qui ont permis de réduire temporairement le montant des déficits et de la dette, tout en appauvrissant le patrimoine de l’État. La vente des participations de l’État peut permettre d’améliorer l’efficacité des entreprises privatisées, mais elle amène aussi à une réduction des recettes de l’État que ne compense pas la réduction des intérêts payés, puisque les taux d’intérêt d’emprunt de l’État sont très faibles.
Selon le rapport Pébereau,  l’augmentation de la dette ne résulte pas d’un effort spécifique pour la croissance mais, pour l’essentiel, d’une gestion peu rigoureuse.
Fin 2008, la Crise financière de 2007-2010 pousse d'abord le gouvernement à soutenir les banques puis à lancer un plan de relance pour soutenir l'économie lors de la Crise économique de 2008-2009. Cela, joint à des moindres rentrées fiscales liées à la crise et à des réductions d'impôts, pousse la dette à la hausse comme c'est le cas également dans la plupart des pays. La dette passe de 63,8 % du PIB en 2007 à 77,4 % du PIB en 2009, et à 82,3 % en 2010.
Dans son rapport annuel présenté début 2010, la Cour des comptes note que «  la dette s'emballe » et pointe, si la tendance se poursuit, un risque de dégradation de la note de la dette publique à l'horizon 2013. Par ailleurs, à la différence du ministère des finances pour qui l'aggravation de l'endettement est uniquement liée à la crise, pour la Cour des comptes la montée de l'endettement est aussi due à des phénomènes structurels indépendants de la crise .
En 2011, dans son rapport annuel, la Cour des comptes s'inquiète de ce que la dette publique pourrait atteindre dès 2012 « le seuil de 90 % du PIB au-delà duquel, selon certaines études, la croissance du PIB pourrait être diminuée ». « La dette atteindrait 100 % du PIB en 2016 et dépasserait 110 % du PIB en 2020. La charge d’intérêts en 2020 approcherait le seuil de 10 % des prélèvements obligatoires au-delà duquel le risque de dégradation des dettes des États devient particulièrement important ».
« L’emballement de la dette peut inquiéter les ménages et entreprises et entraîner des réflexes de précaution préjudiciables à la croissance ».  Les intérêts de la dette se montent à environ 50 milliards d'Euros un montant équivalent à celui du budget de la défense et aux deux-tiers de celui de l'éducation nationale.
Cependant, dans sa déclaration du 5 août 2011 annonçant l’abaissement de « AAA », à « AA+ » de la note attribuée à la dette publique à long terme des États-Unis, l'agence de notation financière Standard and Poor's indiquait qu’elle estimait que le ratio de la dette publique sur le PNB de la France atteindrait 85% en 2015, mais commencerait à décroître en 2015 ou même avant.


ANNEE   DETTE    PUBLIC     DETTE   PUBLIC          PRESIDENT       MINISTRE DES FINANCES
                         % du PIB                    Milliards d'Euro
1978         21,2 %         -1,7 %              72,8       -5,9      Valérie Giscard D'Estaing    René Monory    (UDF)
1979         21,1 %         -0,4 %              82,8      -1,4                            "                                          "
1980         20,7 %         -0,3 %              92,2      -1,2                            "                                          "
1981         22,0 %         -2,4 %            110,1     -12,0              François Mitterand     Jacques Delors  (PS)   
1982         25,3 %         -2,9 %           145,5     -16,7                           "                                         "
1983         26,6 %         -2,6 %           170,0      -16,5                           "                                         "
1984         29,0 %         -2,8 %             201,4     -19,5                          "                            Pierre Bérégovoy (PS)
1985         30,6 %         -3,1 %             227,7     -22,9                          "                                         "
1986         31,1 %         -3,3 %             249,3     -26,4                          "                         Edouard Balladur  (RPR)
1987         33,4 %         -2,1 %             281,2     -17,9                          "                                         "
1988         33,3 %         -2,7 %             302,8     -24,5              François Mitterand     Pierre Bérégovoy (PS)
1989         34,0 %         -1,9 %             333,3     -18,6                          "                                          "
1990         35,2 %         -2,5 %             363,6     -25,6                          "                                          "
1991         36, 0 %         -3,0 %             385,1     -32,0                          "                                          "
1992         39, 7 %         -4,6 %             440,1     -51,0                          "                                          "
1993         46, 0 %         -6,5 %             515,4     -72,3                          "                                 Michel Sapin (PS)
1994         49,2 %         -5,5 %             570,0     -63,3                          "                                          "
1995        55,5 %         -5,5 %             663,5     -65,4        J. Chirac        Balladur &  Sarkozy (Budget) (RPR)      
1996         58,1 %         -4,0 %             712,7     -49,4                          "                     Madelin & Arthuis  ( UDF)
1997         59,5 %         -3,3 %             752,5     -41,8                          "                  Dominique Strauss-Kan (PS)
1998         59,6 %         -2,6 %             787,4     -34,6                          "                                          "       
1999         59,0 %         -1,8 %             806,9     -24,6                          "                                          "
2000         57,5 %         -1,5 %             827,3     -21,7                          "                              Laurent Fabius (PS)
2001         57,1 %         1,6 %             853,3     -24,6                           "                                           "
2002         59,1 %         -3,3 %             912,0     -50,4                Jacques Chirac             Francis Mer (RPR)   
2003         63,3 %         -4,1 %          1 004,9     -64,7                          "                                           "
2004         65,2 %         -3,6 %          1 079,5     -59,2                          "                            Nicolas Sarkozy (UMP)
2005         66,8 %         -2,9 %          1 147,6     -50,2                          "                              Thierry Breton (DVD)       
2006         64,1 %         -2,3 %          1 152,2     -41,9                          "                                           "
2007         64,2 %         -2,7 %          1 211,6     -51,6             Nicolas Sarkozy           Jean Louis Borloo (RAD)   
2008         68,2 %         -3,3 %          1 318,6     -64,3                          "                             Christine Lagarde (UMP)
2009         79,0 %         -7,5 %          1 492,7   -142,5                          "                                           "
2010         82,3 %         -7,1 %          1 591,2   -136,5                          "                                           "

Désolée de vous casser le moral, mais en tant que comptable, je m'intéresse particulièrement à la dette que nous aurons à payer, ainsi que nos enfants et petits enfants. Je n'ai jamais cru aux politiques, car quand ont dit qu'ils sont tous pourris, c'est réellement le cas ! Tout ce que nos grands-parents, parents et nous mêmes avons pu avoir en amélioration de nos conditions de travail et qualité de vie, ont été gagné par la lutte, mais jamais par les politiques. La jeunesse actuellement est désespérée ; La preuve est faite en Angleterre et cela va s'étendre dans tous les pays européens. Voilà ce qu'ils ont fait de l'Europe nos hommes politiques.....!  Une Europe Libérale qui maintenant s'écroule ! Tout sauf une Europe Sociale...! Et des pays tous surendettés..! Voilà ce que ça donne quand on ne veut pas partager, car tout placer dans le CAC 40 est virtuel et ne fait pas vivre les hommes, juste une petite poignée qui maintenant appelle encore une fois au secours..! Pourquoi toutes ces délocalisations ? Pour ramasser plus de bénéfices....! Messieurs, vous vous êtes bien GAVES ! .. Et bien messieurs, ETOUFFEZ-VOUS maintenant..!
Bizzzzzzzzzzz à tous de ti'te youyou29.

Retour à l'accueil