roselyne_bachelot_reference.jpgLes vaccins contre la grippe H1N1, livrés pendant la pandémie de 2009/2010 et non utilisés, auront tous été détruits d'ici fin novembre 2011, "conformément au schéma prévu", a indiqué aujourd'hui Thierry Coudert, président de l'organisme en charge de la gestion des stocks. Sur les 94 millions de doses commandées par le gouvernement, 44 millions ont été livrées, la ministre de la Santé de l'époque, Roselyne Bachelot, ayant annulé le reste des commandes.

Des chercheurs finlandais ont confirmé un lien entre le vaccin Pandemrix contre le virus de la grippe A (H1N1) et l’accroissement de cas de narcolepsie chez les enfants. Ce vaccin, distribué au cours de roselyne-bachelot-vaccinl’hiver 2009-2010, « était bien un facteur de l’accroissement des cas de narcolepsie dans la population des 4-19 ans », annonce l’Institut finlandais de la santé et du bien-être. Dans cette classe d’âge, les patients à qui l’on a injecté le Pandemrix étaient 12,7 fois plus enclins à la narcolepsie (trouble du sommeil) que ceux qui n’ont pas reçu l’injection. Des scientifiques finlandais ont annoncé avoir confirmé le lien entre le vaccin Pandemrix prescrit contre la grippe H1N1 et l'augmentation du nombre de cas de narcolepsie observée chez des enfants, notamment en Finlande.

Le communiqué est presque passé inaperçu cet été. Publié en plein mois d'août, il annonçait que la France allait incinérer ses derniers lots de vaccins contre la grippe A d'ici au mois de novembre. Aujourd'hui, la France est donc en train de brûler les derniers stocks de vaccins qui n'ont pas été utilisés depuis 2009. Il reste désormais 9 millions de doses de vaccins à brûler. Au fur et à mesure que les lots sont périmés, ils sont incinérés. Pour liquider l'intégralité du stock, 3 millions de vaccins vont ainsi être brûlés chaque mois jusqu'en novembre 2011.

Une des usines en charge de l’incinération des stocks est basée à Salaise-sur-Sanne , près de Lyon. Tout y est très automatisé et personne ne touche aux vaccins. "La seule intervention consiste à les transporter jusqu'à un ascenseur", explique Alexandra, qui travaille dans cette société lyonnaise spécialisée dans l’élimination des produits pharmaceutiques. "Les vaccins sont ensuite incinérés à 900 degrés", précise-t-elle.

Après la campagne de vaccination , Roselyne Bachelot, la ministre de la Santé de l’époque, avait pourtant fait savoir que des négociations étaient en cours pour revendre des millions de vaccins à d’autres pays. Ses négociations n'ont pas eu beaucoup de résultats. Selon les informations d'Europe 1, sur les quelque 20 millions de vaccins de stock, la France n'a revendu que 310.000 doses : 300.000 au Qatar et le reste à Monaco. L’Egypte aussi devait racheter à la France quelques millions de doses mais elle s’est finalement rétractée. C'est qu'il y a eu beaucoup de concurrence avec d'autres pays qui cassaient les prix pour revendre leurs surplus de vaccins.

Pour réduire ses stocks, la France a aussi fait des dons à l’Organisation Mondiale de la Santé qui a reçu une énorme quantité de vaccins. Ce qui a conduit parfois à des situations surréalistes. Ainsi, en Centrafrique, Marc Gentilini, ancien patron de la Croix-Rouge et membre de l’Académie de médecine, a vu arriver dans des services de pédiatrie désargentés des vaccins contre la grippe A en provenance de France. Alors qu'il interrogeait un responsable local sur l'utilité de ce vaccin, Marc Gentilini a reçu cette réponse : "C'est le don de la France. Ce sont des vaccins qu'elle a donnés à l'OMS pour les distribuer dans les pays pauvres".

 

 



La facture de ces opérations d'incinération de vaccins tourne autour de 50 à 60.000 euros. Mais c'est le dernier chiffre à ajouter à une addition déjà très élevée. Car, au total l’achat des vaccins aura coûté à la France un peu plus de 392 millions d’euros. Dans cette addition, il faut compter un chèque de 48,5 millions d’euros fait aux laboratoires pour les commandes de vaccins annulées…

Aujourd'hui, Roselyne Bachelot ne souhaite pas faire de commentaire sur ce dossier. Tout comme l'ancienne ministre de la Santé, la plupart des protagonistes du feuilleton grippe A disent que c’est une affaire classée. Un conseiller lâche quand même cette phrase : "ça nous servira de leçon pour la prochaine fois, car il y aura une prochaine fois ..".

Une chose est sûre, la droite n'a que des bonnes idées pour se remplir les poches, mais très coûteuses pour les Français, et surtout la droite est très mauvaise gestionnaire, que du gaspillage !.... que l'on paie !.... les exemples ne manquent pas...!

Vivement qu'ils dégagent tous....!  Bizzzzzzzzzz à tous de ti'te youyou29


Retour à l'accueil